Keyven Ferland au travail

Il y a tout juste un an, le 17 mai, j’annonçais la mise en vente de La Web Shop sur Facebook.

Post facebook mise en vente La Web Shop
Les réactions – parfois enthousiastes, souvent fébriles – de mon entourage ne se sont pas fait attendre et, quelques jours après, sentant que je devais davantage d’explications à nos clients et partenaires, je me lançai, ici, sur ce blogue, dans une longue explication du processus qui m’avait conduit à cette annonce.

Pour résumer, j’avais le profond désir de « rebattre les cartes » afin de retrouver la motivation qui m’avait poussé, en 2010, à fonder la Web Shop.

C’était un véritable coup de poker en même tant qu’un lâcher prise. Il était question de transférer la charge du succès, de l’individu (moi) au collectif (l’équipe) et donc de repenser le rôle et la responsabilité de chacun des collaborateurs. J’avais décidé de faire confiance à l’intelligence collective. Je ne voulais plus me sentir l’unique dépositaire de l’identité de la Web Shop et je savais qu’en lâchant cette bombe, les lignes allaient bouger, pour le meilleur. Ce petit séisme a eu l’effet escompté: en nous mettant en risque, nous en sommes sortis plus forts, quoique moins nombreux.

Une (difficile) année après, la Web Shop est toujours debout, j’en suis toujours le président, et elle est plus solide que jamais. Durant cette année, nous nous sommes interrogés sur notre fonctionnement, notre agilité, nous avons éprouvé la solidité de nos valeurs, et validé notre mission en tant qu’organisation. L’équipe est plus modeste en nombre, mais peut désormais se concentrer sur ce qu’elle fait de mieux: des sites de qualité, produits avec amour et passion. Tout simplement.

Pour un chef d’entreprise, une équipe plus petite signifie moins de gestion, moins de management, et la possibilité de prendre de nouveau part à l’opérationnel. Paradoxalement, après avoir annoncé vouloir laisser « mon bébé » voler de ses propres ailes, plus que jamais, je me suis investi dans chacun des projets que nous avons réalisés. Plus un seul projet ne sort de la Web Shop sans que je n’en ai validé la qualité.

Par ailleurs, plus que jamais, j’ai renoué avec ma passion du design et pris part à la production de nos sites, pour le meilleur. Car je crois profondément que le plaisir que l’on prend à travailler est contagieux et se reflète dans nos productions. Et qu’en tant que fondateur de la Web Shop, cela doit commencer par moi.

Le résultat, ce sont des clients (anciens ou nouveaux) satisfaits (comme Mode Choc que nous avons accompagné dans leur récente refonte), de belles relations de confiance à long terme avec nos partenaires les plus exigeants (comme Ubisoft qui continue de nous confier de nombreux mandats) et des réalisations dont nous sommes très fiers.

Nous privilégions la qualité à la quantité, qu’il s’agisse des applications que nous livrons, des conseils que nous prodiguons ou des relations que nous entretenons. Et on est bien à l’aise avec ça.

Le résultat, on ne va pas se le cacher, ce sont aussi des clients potentiels qui ont encore des appréhensions et qui se posent des questions sur la santé de l’entreprise. Et c’est bien normal. Aujourd’hui, alors que nous nous apprêtons à fêter nos 10 ans, nous retrouvons notre motivation et notre énergie de jeune start-up. C’est la raison pour laquelle il m’a semblé indispensable de faire le bilan de cette année de restructuration au terme de laquelle, il est important de le rappeler, nous sommes de nouveau rentables et même en mesure de réinvestir pour renforcer nos rangs. C’est l’occasion de rassurer ceux qui auraient encore des craintes quant à la pérennité de l’entreprise, mais aussi de remercier ceux qui nous ont soutenus durant ces mois difficiles. Je pense à nos clients fidèles, mais également aux membres de l’équipe qui ont gardé confiance.

Nous ne sommes pas de ceux qui dissimulent leurs échecs pour mieux paraître. Nous sommes de ceux qui apprennent de leurs erreurs, qui en sortent meilleurs.
C’est donc fier et en accord avec ce qu’est (re)devenu la Web Shop que je m’apprête à fêter ses 10 ans qui s’en viennent en 2020.
Avec vous?