Mon amour de la pub…

Ce billet est plus une thérapie pour moi qu’un réel article d’information ! En fait, je dois vous mettre en contexte et vous parler de ma dépendance mon fort intérêt pour la publicité en général. Déjà très jeune, je sélectionnais mes émissions préférées non pas pour leurs qualités divertissantes, mais bien pour la variété et l’originalité des «commanditaires» que j’avais le bonheur de regarder dans le cadre de cette émission.*(NDLR : est-ce que le mot : commanditaire, est un assez vieux terme pour que je le mettre entre guillemets ? Pourquoi pas !) Je dois même avouer que j’ai déjà possédé une cassette VHS avec toutes mes publicités préférées qu’un adulte m’ait gentiment enregistrée et je la trouvais de loin plus intéressante que ma cassette des Pierrafeu.

L’arrivée d’Internet et des décodeurs enregistreurs numériques ont un peu changé ma routine, mais les gens qui me connaissent bien savent que j’ai toujours une publicité en référence à une situation cocasse. Une personne me raconte une histoire, je ris un peu trop en disant haut et fort à qui veut l’entendre: «OUIII… Pareil comme dans la pub de… Ben oui tu sais bien.. la pub !» Finalement, personne n’a vu la publicité en question, j’ai l’air un peu étrange et l’histoire du début tombe à plat ! Ceci étant dit, vous aurez compris que j’aime beaucoup la publicité !

La publicité sur le web

La publicité sur Internet se répand comme une traînée de poudre ! Cette vitesse de diffusion peut s’avérer être votre meilleur ami comme votre pire cauchemar ! Avec internet, la publicité n’a plus aucun problème d’accessibilité et, de nos jours, elle ne meurt jamais. On y a accès partout dans le monde, et ce, même si elle n’est plus (ou n’a jamais été) diffusée. Je ne vous dirai jamais assez l’importance de bien passer votre message avec votre publicité. Que votre concept soit drôle, sérieux, fou ou informatif, l’important est que votre pub suive votre image de marque (branding).  Il faut aussi assumer son concept, car, une pub controversée fera du tapage sur internet. Prenons par exemple la toute dernière publicité de Toyota au Japon qui a généré un grand buzz médiatique la semaine dernière.

En résumé, le concept montre un mannequin israélien, Stav Strashko, qui se déhanche en approchant de la voiture présentée. Sa démarche et sa silhouette nous laissent deviner une femme sublime, mais… oups, il se retourne et  c’est en fait un homme androgyne. Puis le dernier plan sur le slogan de la nouvelle voiture : «pas tendance, pas ordinaire, pas pour tout le monde»  L’idée de Toyota est de démontrer le côté hybride de sa nouvelle voiture «Auris». On ne peut pas leur enlever…la publicité fait jaser ! Concept créatif audacieux ou double sens de mauvais goût ? Toyota n’a maintenant d’autre choix que d’assumer ce buzz maintenant créé sur Internet.

Internet permet de donner vie au marketing viral

Le marketing viral, comme vous le savez, est une forme de promotion prise en charge par une firme désireuse de faire connaître son produit d’une manière créative et dynamique. C’est un excellent moyen pour lancer un nouveau produit ! Comme nous sommes en 2012 et que le tout est filmé puis rediffusé à des millions d’internautes, le web donne une dimension immortelle à une campagne de marketing viral bien orchestrée.

J’adore cette publicité qui montre une campagne de marketing viral pour lancer le produit Contrex (une eau minérale naturelle).  On y voit une lignée de vélo rose dans la rue. Quelques curieuses ont enfourché les bicyclettes et ont commencé à pédaler. Il faut pédaler jusqu’au bout pour voir la surprise… !

Voici une autre publicité virale pour pro infirmis.

Très touchante, cette publicité montre une mascotte qui donne des câlins gratuits aux passants ! Petits et grands se laissent prendre au jeu et donne de l’amour à ce rigolo personnage. Puis, la tête de la mascotte est retirée et on remarque que c’est une personne handicapée à l’intérieur avec le slogan qui apparait : «Faut-il se déguiser pour se rapprocher ».

LADY GAGA

Lady gaga, la femme qui est devenue une marque à elle seule. Pour ma part, elle gagne la palme pour sa campagne marketing sur le web. Elle s’est associée avec Chrome afin de présenter une nouvelle vision du web « The Web is what you make of it » (le Web est ce que vous en faites).  Lady Gaga a littéralement créé une congrégation de fans assoiffés (qu’elle nomme affectueusement ses « littles monsters ») qui attendent ses dernières nouvelles. Son succès est simple, il n’y a pas une journée où elle ne publie pas d’anecdotes personnelles, de photos prises sur le vif ou encore des nouvelles exclusives.

Cette vidéo met en scène Lady Gaga et sa communauté de fan.

Les fameux bandeaux publicitaires sont-ils utiles ?

Les bandeaux publicitaires sont partout ! Facebook a récemment intégré une nouvelle stratégie publicitaire qui est loin de faire l’unanimité, mais qui rapporte tout de même plusieurs millions (milliards?) de dollars.  En effet, les bandeaux publicitaires sont plus nombreux et prennent plus de place.

Est-ce que cette forme de publicité sur le web est utile ? Bon, je n’aime pas me prononcer sur le sujet…je vous répondrai en vous posant cette question ; vous arrive-t-il de cliquer sur des bandeaux publicitaires lorsqu’ils captent votre attention ? OUI

Je sais, personne ne les aime vraiment, MAIS elles sont partout, elles sont abordables ($) et elles sont efficaces ! Si vous avez un blog et que vous intégrez ces publicités, je recommanderais tout de même une certaine cohérence entre le sujet de votre blog et le contenu publicitaire.

Pour les utilisateurs, les bandeaux publicitaires sont majoritairement des annonces promos pour de très bons produits, mais, il y a également plusieurs pirates donc, soyez prudents et ne cliquez pas sur n’importe quoi.

Mauvaises nouvelles à annoncer ?

Les campagnes publicitaires sont parfois amorcées pour annoncer des mauvaises nouvelles comme un rappel sur un produit. La firme n’a pas le choix d’annoncer cette nouvelle même si ça risque de porter atteinte à sa réputation. S’il est possible de le faire,  attendre le bon moment pour sortir cette nouvelle. Les médias convergent habituellement lorsqu’un événement à grand déploiement se produit et c’est donc un très bon moment pour lancer votre campagne annonciatrice de mauvaise nouvelle.  C’est par exemple une bonne idée d’annoncer un rappel sur votre produit durant les Jeux olympiques. Certes, la nouvelle ne passera pas inaperçue, mais elle ne sera pas mise en premier plan et c’est ici l’effet désiré.

Belle pub, mauvais message

En 2001-2002, Le Lait a lancé une superbe campagne publicitaire avec des chansons rétro québécoises. Ces publicités ont été adorées du public et des compilations avec les chansons des publicités ont même été vendues à l’effigie de « Le Lait ».

Même si cette campagne a connu un grand succès, aucune incidence (ou presque) sur les ventes. Les producteurs laitiers étaient déçus de constater qu’aucune hausse n’était observable.  Les publicitaires ont vite rattrapé le coup en 2003-2004 en nous offrant la campagne : « Un verre de lait c’est bien, mais, deux c’est mieux ».

Finalement…

Pour terminer, que nous l’apprécions ou non… la publicité prend une très grande part de notre expérience web à tous. C’est pourquoi il est intéressant de s’y attarder afin de comprendre les éléments de base qui la constitue.