Dans le cadre de mon travail, je suis au service de plusieurs entrepreneurs ! J’ai donc le bonheur de travailler avec des gens passionnés, créatifs et innovateurs. J’ai développé une certaine aisance avec les outils web les plus utiles pouvant être mis au service de l’entrepreneuriat.

1,2,3…GO

Le démarrage d’une entreprise n’est pas facile, tous les jeunes entrepreneurs vous le diront. Toutes les étapes sont importantes et demandent beaucoup de temps et … d’investissement ($$$) ! Sur le web, vous trouverez énormément d’outils pouvant faciliter le travail. Pour vous aider à concevoir des sondages afin de raffiner votre produit, cibler votre clientèle, déterminer l’emplacement idéal de votre commerce ou encore sonder la satisfaction de votre clientèle, la toile vous offre plusieurs plateformes abordables et très faciles d’utilisation. Pour ma part, je vous en présente deux aujourd’hui mais je vous invite à partager vos outils préférés dans les commentaires un peu plus bas.

1) Google Drive (version améliorée de Google docs)

Sauf le fait que vous devez posséder un compte gmail, l’utilisation de Google drive est complètement gratuit. Sur Google Drive, vous pouvez créer des questionnaires simples et visuellement intéressants. Vous pouvez créer un sondage complet avec des questions à choix multiples, des questions à développement, etc. Vous pouvez également organiser l’information désirée en indiquant des questions obligatoires ou encore en séparant votre sondage en une ou plusieurs pages différentes afin de séparer les thèmes abordés. On n’est pas dans le grand art question design (on est plutôt dans le style prédéfinie un peu dépassé) mais, votre sondage sera clair, structuré et surtout très simple d’utilisation. Une fois le formulaire créé, vous aurez un lien web qui vous permettra de diffuser le questionnaire sur les médias sociaux, par courriel ou encore directement sur votre site web.

Une autre des choses que j’adore avec l’utilisation de cette plateforme est que la compilation des données est un réel jeu d’enfant. Vous retrouvez les réponses automatiquement classées dans une feuille de calcul excel à l’intérieur de Google Drive. Vous pourrez exporter les résultats et organiser l’information de la façon désirée et si vous maîtriser bien Microsoft Excel, vous aurez la possibilité d’analyser vos données afin d’en tirer des statistiques utilisables.

Je ne fais ici qu’effleurer le sujet de Google Drive mais, je vous recommande fortement de l’explorer en profondeur ! C’est un réel bijou pour les utilitaristes, comme moi, qui aime travailler avec des facilitants sur le web. Google Drive vous permet, entre autre, de travailler à plusieurs sur un même document, en temps réel et ce, même quand on est sur un continent différent. Vous pouvez également partagez des dossiers en n’envoyant qu’un lien plutôt qu’un lourd courriel avec de nombreuses pièces jointes et plus encore !

2) Survey Monkey

Je n’ai utilisé cette méthode que quelques fois mais, je l’ai beaucoup apprécié. Donc, pour tous ceux qui ne veulent pas se créer de compte gmail et qui aimeraient créer des sondages gratuits, survey monkey est pour vous.

Je dois par contre avouer que la version gratuite (de base) ne permet pas énormément de latitude. Le nombre de répondants par sondage est limité et il n’est pas possible d’exporter les données. Mais pour un coût assez raisonnable, vous pouvez travailler avec la version « gold » qui vous permet de créer un sondage à votre image, d’avoir accès à des réponses illimitées et le plus important est que vous pouvez exporter vos données sur excel ou SPSS afin de concevoir une étude quantitative ou qualitative utilisable pour une étude de marché.

Tutoriel très bien fait d’aide pour l’utilisation de survey monkey ici

Financer moi s’il vous plait !

En faisant de la recherche, je suis tombée sur des sites qui permettent littéralement de «donnez vie aux bonnes idées».

1) Ulule.com

Ce site est conçu pour les porteurs de projets nécessitant du financement. Le concept est très simple et totalement gratuit. Chaque utilisateur (individu, entreprise, organisme) doit créer une page présentant son projet en précisant l’idée qu’il désire concrétiser.  Vous pouvez utiliser photos, vidéos, descriptions ou tout autre moyen qui permettra à votre projet le goût d’y investir car l’objectif étant de faire financer votre projet ! Ulule fonctionne sous la formule «Tout ou rien» donc, le projet ne sera financer que s’il obtient 100% du financement demandé. Vous avez une bonne idée et êtes créatifs ? Lancez-vous ! Plus de 1250 idées ont déjà été financées sur cette plateforme.

2) Kickstarter.com

Ce site internet fonctionne exactement de la même façon mais pour le financement de projets créatifs.

«Imaginez un site d’aubaines quotidiennes qui, au lieu de vendre des massages et des sushis, proposerait aux internautes des projets d’entreprises en démarrage. Les intéressés précommandent le produit de ces entreprises, et s’ils sont assez nombreux, l’entreprise obtient son financement. C’est farfelu? Non, c’est Kickstarter.

Kickstarter a été fondé en 2009 par trois New-Yorkais. Le site peut être qualifié de Groupon du capital d’amorçage, puisque la formule repose sur le même critère-clé: le poids du nombre. Si suffisamment d’internautes aiment un projet et précommandent le produit ou le service offert, les créateurs du projet obtiennent le financement qu’ils demandent pour assurer son lancement.

Le site, lui, empoche 5% des mises totales, tandis qu’Amazon, qui fournit l’infrastructure de paiement, impose des frais variant de 3 à 5% de la somme totale. Si un projet n’atteint pas son objectif de financement, tout le monde est remboursé[i]

3) Programme prêt à entreprendre

Le programme prêt à entreprendre rend disponible des prêts d’honneur accordé sans garantie (oui oui !) pour un montant maximal de 30 000$ par personne. Voici les critères à respecter pour avoir accès à ce programme :

  • Financement maximal d’un montant de 30 000 $ par personne
  • S’il y a plus d’un entrepreneur, un maximum de 90 000 $ allouable par projet
  • Aucun intérêt avant l’échéance
  • Remboursable dans un délai de cinq ans
  • Prêt personnel à l’entrepreneur ou garantie de prêt  (dans une caisse Desjardins)

Il y a d’autres modalités qui s’ajoutent à ce généreux prêt d’honneur comme l’obligation d’être mentoré par un mentor du réseau M. Pour ceux qui ne le savent pas encore, le mentorat est une forme d’accompagnement qui permet à un jeune (on ne parle pas d’âge ici) entrepreneur, le mentoré, d’être accompagné par un entrepreneur aguerrie de plusieurs années d’expérience, le mentor, afin de l’aider à développer son savoir-être en tant qu’entrepreneur. Cela peut paraître banal, mais les mentors du réseau M ont fait leurs preuves. Ils sont plus de 2000 à travers le Québec et permettent à nos entreprises québécoises de passer le fameux cap des 5 ans en plus grand nombre. Quand on pense que près de deux entreprises sur trois ferment leurs portes après cinq ans, mieux vaut mettre toute les chances de son côté !

Assurer une vigie sur le web

Il est important de contrôler, ou du moins d’être informé sur ce qui se dit de votre entreprise (votre marque, personne morale, etc.) sur le web. Nul besoin de vous dire qu’il est important aujourd’hui de savoir ce que les consommateurs pensent de vous. Je ne m’attarderai pas sur ce sujet car, un excellent article a été rédigé par Valérie Morin à ce sujet ici même. Vous trouverez tous les outils nécessaires pour mesurer votre influence, recevoir des alertes courriels lors des mentions de votre nom sur le web et plus encore ! Je vous invite fortement à le lire.

Finalement…

Le colloque du WAQ (Web à Québec) aura lieu du 20 au 22 février 2013. C’est dans quelques mois mais, je vous en parle maintenant car il y a un tarif préférentiel jusqu’au 19 octobre (et on adore les soldes !). Ce congrès présente des panels et des conférences pour tous les intéressés, de près ou de loin, à tout ce qui touche le web.

En terminant, je vous invite à partager vos bonnes et moins bonnes pratiques (parce que c’est aussi en faisant des erreurs qu’on apprend) sur le web au service de l’entrepreneuriat dans les commentaires ici-bas.

[i] (Kenna, 2011)http://techno.lapresse.ca/nouvelles/internet/201109/06/01-4431824-kickstarter-financer-son-projet-sur-le-web.php